MACRON EN EGYPTE POUR RENFORCER LES LIENS

Les inscriptions ne sont pas encore autorisées pour cet événement. *veuillez noter que l'ajout de l'événement dans votre calendrier ne signifie PAS que vous êtes inscrit. Vous devez d'abord vous inscrire si vous souhaitez assister à un événement.

 

«Un partenariat stratégique», un allié «incontournable», «un immense marché»… Les mots n’ont pas manqué à l’Elysée pour insister sur l’importance de l’Égypte. Le président Emmanuel Macron a effectué le 27 janvier, une visite officielle de trois jours. Un déplacement qui s’est maintenu malgré la crise des Gilets jaunes et qui témoigne de l’importance qu’accorde la France à l’Égypte, «un pays de 100 millions d’habitants, absolument essentiel pour la sécurité et la stabilité du Moyen-Orient et de l’Europe», souligne l’Élysée.

Pour cette première visite en Egypte, le président français a atterri dans l’extrême sud du pays pour contempler les temples d’Abu Simbel, l’un des sites archéologiques emblématiques du pays. Un choix qui atteste la fascination que continue d’exercer le pays des Pharaons sur les Français. Depuis Champollion, le père de l’égyptologie au début du XIXe siècle, « l’archéologie est au cœur des relations franco-égyptiennes », a rappelé l’Élysée. Les Français espèrent notamment se voir confier d’autres missions de fouilles ou de mise en valeur des sites antiques, comme celui de Saqqarah, au sud du Caire. Ils cherchent aussi à participer au futur Grand Musée égyptien de Gizeh et à la rénovation du célèbre musée archéologique du Caire.

Pour ce déplacement, le président Macron était accompagné d’une délégation forte de cinq membres du gouvernement et d’une centaine de patrons. L’objectif étant de renforcer « le partenariat stratégique » entre les deux pays.

Diversifier l’offre commerciale française

Reçu en grande pompe, au Caire, par le président égyptien Abdel Fattah Al Sissi, Emmanuel Macron a assuré la volonté de Paris a renforcé son partenariat avec l’Egypte. L’Élysée a de ce fait confirmé la signature d’une trentaine de protocoles d’accords et de contrats commerciaux pour l’aide au développement, l’entrepreneuriat féminin, la réhabilitation de l’université francophone du Caire ou encore la poursuite de la construction du métro cairote. Des accords qui visent à diversifier l’offre commerciale française jugée « trop faible » par Emmanuel Macron, la France n’étant que le 11e partenaire commercial de l’Égypte. Très actif pour contribuer à un plus grand rapprochement de la France et de l’Égypte dans le domaine civil, Emmanuel Macron a d’ailleurs modifié son agenda à la dernière minute pour aller visiter le chantier de la nouvelle capitale, située à une quarantaine de kilomètres du Caire. Paris voit en ce projet de nombreuses opportunités commerciales pour les entreprises françaises.

D’autre part, 110 millions d’euros de prêts et 2 millions d’euros de subventions en faveur de la protection sociale et d’entrepreneuriat féminin en Égypte ont été annoncés par l’Agence française de développement (AFD) dans le cadre de la visite au Caire du président français. Il s’agit de renforcer « la cohésion sociale, et soutenir l’emploi et l’égalité hommes-femmes ». Un prêt de 60 millions d’euros, assorti d’une subvention de 2 millions d’euros, a ainsi été signé pour accompagner le déploiement d’une couverture universelle de santé, tandis qu’une ligne de crédit de 50 millions d’euros et une subvention de 1 million d’euros doivent permettre le financement et l’appui d’entreprises détenues ou gérées par des femmes.


Outre l’économie et la culture, la sécurité et la stabilité en Égypte et au Moyen-Orient ont constitué le troisième enjeu de la visite d’Emmanuel Macron. Selon l’Élysée, l’Égypte, un pays de près de 100 millions d’habitants, est un partenaire-clé de la France dans la lutte contre le terrorisme.

 

Actualités sur le même thème

Aucune actualité disponible.
Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

L'ANTENNE 87